Publié le : 29 décembre 20205 mins de lecture

Pratiqué partout dans le monde, le poker connaît aujourd’hui un succès sans précédent. En se documentant ou à l’aide d’un ami, tous les joueurs sont passés par l’apprentissage des règles et notamment la compréhension des combinaisons. En effet, pour une bonne pratique du jeu, il est primordial de maîtriser les différentes combinaisons. Quels sont-ils ? Existe-t-il un ordre précis de combinaison poker ?

Combinaison au poker : définition

Il existe plusieurs variantes jouées au poker. Les passionnées s’accorderont à dire que les plus prisés restent le « Texas Hold’em « et le poker « Omaha ». Qu’importe la variante, le but du jeu consiste à composer une main meilleure que celle de son/ses adversaire(s) lorsque vient l’abattage des cartes. Cette main se traduit en fait par la combinaison au poker. Sans compter le Baduji, la combinaison poker est composée ni plus ni moins de cinq cartes où aucune hiérarchie n’existe entre les quatre couleurs : trèfle, pique, carreau et cœur.

Au Texas Hold’em par exemple, il s’agit de combiner les deux cartes en main avec les cinq cartes sur le « board » qui sont flop, turn et river et vous choisissez une combinaison de 5 cartes afin de former la main la plus forte. Même si vos 2 cartes privatives demeurent les plus faibles, vous pouvez toujours affirmer que votre jeu est composé des 5 cartes communes. C’est ce que l’on appelle « jouer le board ».

Les différentes combinaisons par ordre croissant

Il existe un ordre précis de combinaison poker. La plus faible se traduit par la carte plus haute ou hauteur. Lorsque même une paire ne peut se former, c’est la valeur de la carte la plus élevée qui va compter. Si la plus haute carte est pareille pour les joueurs, la deuxième plus haute carte dénommée « kicker » déterminera le gagnant, et ainsi de suite. Ensuite, la paire est constituée de deux cartes de même rang. Étant donné qu’une combinaison poker est toujours constituée de 5 cartes, trois autres cartes accompagneront donc la paire. Troisièmement, comme son nom l’indique, la double paire est formée de deux paires. Puis, vous avez le brelan qui est composé de 3 cartes du même rang. Au cas où deux joueurs possèderaient le même tri ou brelan, la quatrième carte voire la cinquième déterminera le vainqueur.

Après le brelan, il y a la quinte qui est formée de 5 cartes consécutives sans tenir compte de leur couleur. Et inversement, cinq cartes non consécutives de couleur identique donneront une couleur. Après cela, le full combine un brelan et une paire. Dans le cas où 2 joueurs possèderaient un full, on comparera le brelan et ensuite la paire pour déterminer celui qui l’emporte. Encore plus fort, le carré est composé de quatre cartes de valeur identique (par exemple quatre valets). D’autre part, la seconde meilleure main se nomme quinte flush qui est constituée de 5 cartes consécutives de la même famille. Enfin, la plus forte main s’appelle quinte flush royale qui est composée de As, Roi, Dame, Valet, dix de la même famille.

Les facteurs à prendre en compte

Au poker, l’une des forces fondamentales se traduit par la capacité de déterminer si votre main fait le poids ou non, car de nombreux facteurs sont à prendre en compte. Parmi eux se distingue le nombre d’adversaires. Si plusieurs joueurs ont décidé de jouer la donne, vous pouvez conclure que leurs mains sont fortes. Pour illustrer, une paire de Rois n’a pas vraiment la même valeur contre un joueur que contre trois joueurs. Sa force décroît au fur et à mesure que les adversaires dans une main augmentent.

Enfin, le « stack » ou les jetons en jeu constituent aussi un facteur important. Lors d’un tournoi où le nombre des jetons sont peu profond, il est courant de voir les joueurs engager leurs jetons avec une combinaison poker moins forte pour anticiper le « blinding way ». Au cash game en revanche, c’est assez inhabituel vu que les jetons en jeu sont plus profonds.